Candidature UNESCO

 

 

EXTRAIT DU JOURNAL DE SAONE ET LOIRE :

"En 2011, le Pays se lançait concrètement dans la conception d’un dossier de candidature pour une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Aujourd’hui, le contenu se précise.

Moins de deux ans après le tout début du projet, le dossier de candidature du Pays Charolais-Brionnais à l’inscription de l’inventaire du patrimoine mondial de l’Unesco est en passe de prendre une nouvelle tournure.

2012 a permis avant tout de créer les bases de la communication autour de l’idée de candidature, accompagnée d’un appel à la population pour se mobiliser dans ce cadre, notamment au travers de 12 défis. Ceux-ci ont permis de constater la grande étendue des talents des participants et leur volonté de défendre ardemment notre territoire. Parallèlement, le Pays a enregistré les soutiens de cette candidature : « Nous en comptons aujourd’hui environ 6 000. Quant aux défis, ils ont mobilisé en 2012 quelque 500 participants, dans plus de dix pays », confie Hélène Botti, chargée de mission.

Cette année, les défis se feront moins nombreux, pour laisser aux participants du temps pour s’investir pleinement. Le mois de février qui arrive sera d’ailleurs l’occasion de dévoiler le timbre choisi parmi les propositions des participants au concours de septembre dernier : « Le timbre sera édité. Le Pays prendra en charge le coût de fabrication et les communes, collectivités et offices pourront en acheter pour leur usage. Nous avons lancé des bulletins de commande et nous allons demander la fabrication de 60 000 timbres. Franchement, on ne pensait pas que ça allait aussi bien marcher ! ».

La race charolaise  au lieu du bocage

L’année dernière, le Pays a invité Gérard Collin à expertiser cette candidature Unesco. Ce Conservateur du patrimoine, chargé de cours à l’Université de Montpellier, est aussi expert auprès de l’Unesco. Après avoir passé quelques jours en Charolais-Brionnais, il a rendu ses conclusions, permettant de réorienter la candidature. Jean-Marc Nesme, président du Pays, suit sans réserve les suggestions de Gérard Collin : « Il a réalisé un document costaud, argumenté. Ses yeux d’experts ont été essentiels dans l’avancée du dossier. Nous allons donc changer le cœur de la candidature en prenant comme thème central la race charolaise ».

Jusqu’à présent, le Pays conduisait son dossier sur le thème du bocage. Mais c’est donc bien la race charolaise qui est désormais l’axe porteur : « Cette race est connue à l’international, elle est présente dans plus de 70 pays dans le monde. De plus, une telle proposition sera considérée par l’Unesco comme particulièrement originale, parce qu’il s’agit avant tout d’une production. Et non pas d’un site comme habituellement ». Une manière de se démarquer auprès des instances internationales de sélection des candidatures : « À l’origine, la race charolaise permettait d’aider le paysan, de tirer des charges par exemple. Elle est aujourd’hui une des premières races à viande au monde. Nous allons montrer que son berceau est ici. Autant l’homme a agi sur le bocage, autant il agit, encore maintenant, sur cette production pour la faire évoluer. Et il y a aussi le label rouge ou encore le bœuf AOC ! ».

Tout ce qui a permis à notre territoire de se développer sera considéré comme des « attributs » de ce thème principal : le bocage, les fermes, l’architecture rurale, jusqu’aux églises romanes « qui sont un élément essentiel du paysage local qui s’est formé avec le développement de la race charolaise. Tout est lié », précise Aurélien Michel, animateur du patrimoine.

Pour développer le dossier, le Pays va recruter un spécialiste de l’histoire contemporaine. Par ailleurs, il va se doter d’une Commission scientifique et culturelle pour enrichir le projet, ainsi que d’un Comité de soutien.

Si tout se passe bien, cette candidature pourrait aboutir en 2017. À chacun désormais de la défendre.

2013 : groupes de travail, conseils scientifiques, réflexions, rapport de synthèse.

- 2014 : rédaction des travaux sous le format Unesco, passage en Commission française des Biens.

- 2015 : 2 e passage en Commission, pré-dossier à l’Unesco.

- 2016 : décision de l’Etat, validation administrative de l’Unesco, validation de la liste des candidatures par le Comité, évaluation des organisations consultatives, avis des panels scientifiques.